Vers une appli pour le dépistage des contacts respectueuse de la vie privée svp !

Il y a quelques semaines, on m’a demandé d’aider à mettre en place le système de dépistage des contacts des personnes infectées par le coronavirus Covid-19. Le principe de base est simple: pour éviter la propagation du virus, les personnes qui ont été en contact étroit avec une personne infectée sont contactées. Si elles présentent des symptômes, un test leur est proposé par priorité. Si elles n’ont pas de symptôme, on leur demande de se mettre en quarantaine pendant un certain temps afin qu’elles ne puissent pas propager le virus (à leur insu). Ce système a déjà fait ses preuves pour de nombreuses autres maladies infectieuses, comme la tuberculose. Dans des situations normales, le dépistage des contacts est effectué par une poignée d’inspecteurs de la santé. Aujourd’hui, il y a encore trop de personnes infectées pour que les inspecteurs de santé puissent effectuer la détection des contacts, et un centre de contact a été déployé.

Le dépistage (et suivi) des contacts via un centre de contact est nécessaire, mais a également ses limites. Son effectivité dépend du fait que les gens sont joignables par téléphone, il fonctionne lentement, il est relativement cher, il est basé sur la mémoire des gens et il ne permet pas de retrouver des contacts avec des gens que la personne infectée ne connaît pas (ex. dans les transports en commun, dans un restaurant, lors d’un événement culturel, …).

Une appli peut aider considérablement. Il existe une appli développée par un groupe de scientifiques, dont le code source est accessible au public et gratuit. Lorsque les utilisateurs de l’appli entrent en contact étroit les uns avec les autres, des “charabias” sans contenu sont échangés entre leurs appareils mutuels, dont il est impossible de déduire l’identité de chacun ainsi que l’endroit où le contact a eu lieu. Si quelqu’un est infecté, il publie ses “charabias” des derniers jours sur un serveur central. Quiconque trouve également ces “charabias” dans la mémoire de son appareil sait qu’il a été en contact étroit avec une personne infectée, sans qu’il ne puisse toutefois déchiffrer qui est la personne infectée et où le contact a eu lieu. La personne concernée peut alors prendre les mesures nécessaires. Les “charabias” de la personne infectée sur le serveur central disparaissent automatiquement après 14 jours. Ainsi, lorsqu’il n’y a plus d’infections, le serveur central se vide et le système s’arrête.

Cette appli est recommandée par l’Union européenne et est conforme aux règles de protection des données selon le European Data Protection Board (le gardien de la protection de données au niveau européen). Les États membres sont cependant invités à fournir un cadre juridique pour l’utilisation de l’appli.

Certains scientifiques aimeraient voir l’appli élargie par la collecte permanente des informations relatives à la localisation d’une personne via GPS. Ils souhaitent cartographier de cette manière les points chauds des infections (possibles) et avertir les gens lorsqu’ils s’approchent d’un tel point chaud. Cependant, contrairement au système décrit ci-dessus, cela est très intrusif pour la vie privée parce que les gens doivent signaler qu’ils sont infectés sans que leur anonymat ne soit garanti et ils sont ensuite surveillés en permanence. Bien que les chercheurs impliqués affirment que les données sont anonymisées, je ne pense pas qu’un tel système puisse jouir de la confiance nécessaire des citoyens.

J’espère que la Belgique n’attendra plus longtemps pour créer un cadre juridique et pour initier l’utilisation rapide de la version de l’appli, qui offre toutes les garanties en matière de la protection de la vie privée et qui est, d’ailleurs, moins invasive pour la vie privée que le dépistage des contacts via le centre de contact. Je pense qu’il est irresponsable de ne pas permettre aux citoyens de télécharger et d’utiliser volontairement une telle appli pour se protéger mutuellement. Ce n’est pas un gadget, c’est au contraire un outil essentiel pour protéger la santé publique.

Certains doutent de l’efficacité de l’appli et affirment qu’elle n’a de sens que si suffisamment de personnes font confiance et l’installent. La confiance doit être gagnée, c’est pourquoi il s’avère nécessaire de créer un cadre légal qui interdit les fonctions trop invasives pour la vie privée, à moins que le citoyen ne soit explicitement d’accord. Et il ne fait aucun doute que l’application est, en tout cas, efficace dans les endroits où de nombreuses personnes se rassemblent. Je peux difficilement m’imaginer que les employés d’une entreprise n’installeraient pas volontairement une telle appli afin de savoir s’ils ont été en contact avec une personne infectée au travail, ou dans le train ou le bus pour se rendre au travail. Cela leur donnerait une plus grande sécurité. Et un employeur responsable permet également aux personnes concernées d’immédiatement travailler à domicile afin d’éviter une infection généralisée dans son entreprise. De bons accords peuvent sans aucun doute être conclus à ce sujet entre les partenaires sociaux. Dans l’organisation que je dirige, il y avait en tout cas un énorme intérêt quand je l’ai proposé au conseil d’entreprise !

Je n’écris pas souvent pour le grand public, mais maintenant j’en avais absolument besoin. J’espère que mon appel sera lu et entendu. Décideurs politiques, veuillez s’il vous plait vous unir et décider rapidement ! Et permettez aux citoyens de disposer d’une appli unique pour tout le pays ! Il est en effet possible de disposer rapidement et en toute sécurité de cette appli et à un coût négligeable.